ARTICLES

Mon avortement et moi

Marion Valadier

Uterus blanc imprimé en 3D au creux d'une main avec une rose rouge en bouton

J’ai avorté il y a deux ans.

Peut-être que je ne devrais pas vous le dire, qu’en lisant ces lignes vous déciderez de ne plus jamais venir sur ce site, de nous boycotter. Ou peut-être que non, même si vous êtes contre l’avortement.

Ou peut-être encore que vous vous reconnaîtrez dans mon histoire ou que vous vous projetterez à ma place.

Si il y a quelque chose de pire à dire que le fait d’avoir avorté, c’est de dire que pour moi ça a été une expérience positive. Oui ça a été triste, oui j’ai beaucoup pleuré, culpabilisé mais aujourd’hui je me sens plus sereine. C’est une épreuve qui m’a fait mûrir et surtout prendre conscience que je souhaite devenir maman un jour. C’est peut-être pour ça que je suis tombée enceinte, que j’ai inconsciemment fait cet écart.

Pour répondre à cette question angoissante que je me posais à la veille de ma trentaine : Est-ce que je veux oui ou non avoir des enfants ?

J’en étais pas sûre et le fait de ne pas savoir m’angoissait. Ça fait partie de mon caractère, j’aime les choses claires. Les situations claires même si ça fait parfois mal.

Bref retournons un peu en arrière.

Je travaillais sur un projet de film documentaire nommé lui aussi Rites de Femmes.

Lire la suite

Nos racines de sorcières

Marie Pénélope Péres

Marie Pénélope Péres devant une table avec des bols remplis d'argile blanche, verte, de poudre de rose et de rhassoul

Je suis partisane d’une réappropriation de l’usage des plantes médicinales en mode sorcière !

Dans cette démarche, que je ne suis pas la seule à avoir adoptée, l’apprentissage se passe par :

Le faire ensemble, l’oralité et l’usage dans la vie quotidienne.

Tout en cueillant, tout en fabriquant, tout en essayant les remèdes pour solutionner des maux du quotidien, mine de rien, nous nous exposons à de vraies réflexions sur ces plantes que nous avons entre les mains.

A travers l’expérimentation, nous apprenons à tenir compte de notre corps, des signaux qu’il émet, de son langage. Nous aiguisons notre capacité à observer et à ressentir. Nous déduisons des choses et les comparons à d’autres expériences. Nous écoutons les résultats partagés par d’autres personnes. Nous cherchons à améliorer un remède ou une façon de procéder. Nous laissons de côté ce qui visiblement ne fonctionne pas pour nous. Les énigmes que nous rencontrons nous poussent à la recherche d’information...