Skip to main content
Category

Non classé

La Force des ovaires

By Non classé No Comments

La force des ovaires

Et si on parlait de cycle ovarien ?

Les ovaires sont des glandes endocrines, ces glandes de la sexualité et de la procréation :

🍒 sécrètent des hormones qui vont stimuler les organes concernés : utérus, trompes, vagin.
🍒 modèlent les caractéristiques sexuelles du corps de la femme à partir de la puberté.
🍒 stimulent l’attractivité sexuelle (fabrication de phéromones, pics de libido etc)
🍒 assurent la maturation et la libération d’un ovocyte chaque mois, alternativement : un mois ovaire gauche / un mois ovaire droit
🍒 favorisent la gestation lorsqu’à lieu une fécondation
🍒 déclenchent les menstruations pour relancer un nouveau cycle de fertilité
🍒 fonctionnent sous la coupe de l’hypothalamus et en lien avec d’autres glandes, la thyroïde en particulier.
🍒 sont influencés par les rythmes des cycles solaires et lunaires, comme les océans et tout ce qui pousse sur la terre.
🍒 ont un fort impact sur la façon dont nous gérons et répartissons notre énergie psychique. Les travaux des psychanalystes ont largement documenté ce lien entre équilibre sexuel et équilibre psychique.

Quel boulot, non?

Je trouve qu’on leur rend peu hommage, à travers le langage usuel, comparativement à l’usage que l’on fait des expressions visant leurs homologues masculins :

Avoir des couilles! Se faire des couilles en or! En avoir plein les couilles! Etc.

Qui expriment bien, très prosaïquement certes, cette énergie brute (pas encore dépolie) crue, vibrante, concrète, pragmatique, vitale, des glandes sexuelles.Personnellement, j’aime assez m’exprimer en ces termes familiers, grossiers, de temps en temps, quand ça va avec l’instant ! Et je remplace donc testicules par ovaires s’il s’agit de moi ou d’une femme. Ça réveille toujours un peu l’assistance. Et je crois que ça en vaut la peine !

Dans la même idée, il me semble que le rôle puissant des ovaires est encore une fois passée sous silence quand il s’agit de parler de son cycle de fonctionnement :

On dit communément « cycle menstruel » , « cycle féminin », parfois on peut entendre « cycle de la fertilité », « cycle des lunes » dans certains milieux … quid du rôle majeur des ovaires dans tout ça ? Car rien ne se passerait dans l’utérus si les ovaires n’étaient pas en action.

Je pense que c’est dû au fait que l’utérus à une place prépondérante en tant qu’organe symbolique de la féminité. On pense dans notre culture au graal, coupe symbolique représentant le principe féminin, associé à l’image de la matrice divine.

C’est d’ailleurs très interpellant d’observer, lorsque je propose dans mes cours d’anatomie, du modelage d’utérus en argile, que pour un très grand nombre de femmes, l’utérus est perçu/imaginé comme étant un contenant creux, avec un espace vide au centre. Ce qui est faux, bien sûr, il n’y a pas de vide dans le corps, et l’utérus est un organe particulièrement musclé, en plus !

La symbolique prime sur la réalité biologique du sexe féminin. Ceci est fort dommageable pour la construction de notre psychisme :

👉🏽 Parce que c’est un détournement de la réalité biologique telle qu’elle est
👉🏽 Parce que cela fabrique une fausse perception de l’organe utérin
👉🏽 parce que cela concours à faire perdurer cette idée que féminité = coupe = creux = toute la suite qu’on connaît bien, sur laquelle repose idéaux et valeurs patriarcales…
👉🏽 Parce que passer sous silence la force des ovaires, c’est une non-reconnaissance de la puissance sexuelle, active, de la femme.
👉🏽 Parce que ne pas reconnaître la symétrie de puissance et d’importance testicules/ovaires c’est déjà fabriquer une inégalité homme/femme.

Les mots sont les outils avec lesquels on crée de la pensée conscientisée. C’est pourquoi en changeant de vocabulaire, en ajustant notre façon de parler au fur et à mesure de nos prises de conscience, on en favorise la densité. On incarne mieux ce qui évolue en nous. Et on participe activement à l’évolution de la pensée de la société dans laquelle nous vivons.

Je m’amuse donc à remplacer couilles par ovaires quand cela tombe sous le sens (cf : post précédent) et j’emploie de plus en plus le terme cycle ovarien à la place de cycle menstruel depuis quelques temps.